J’ai un attachement particulier au journal Métro, qui est indissociable de ma carrière professionnelle, quoique je n’y ai jamais travaillé. 

Je suis un lecteur depuis son lancement à Montréal en 2001. Non seulement c’était un journal gratuit, mais aussi c’était une fenêtre sur le monde, avec beaucoup plus de textes sur les enjeux internationaux que n’importe quel autre média québécois. 

Je me souviens aussi de ma surprise extrême, le jour du lancement de mon premier livre, lorsque je suis entré dans un wagon de métro et que je me suis rendu compte que mon visage d’adolescent de 21 ans était à la une du quotidien. 

Lorsque j’ai obtenu mon job de rêve, celui de journaliste économique au journal Les Affaires, je me suis retrouvé à travailler sur le même étage que les journalistes du journal Métro. De nombreux journalistes de talents comme Jeff Yates et Naël Shiab y ont travaillé au fil des ans, et j’ai eu la chance de les côtoyer, d’échanger avec eux, et d’apprendre d’eux. 

Tout ça pour dire que Hardbacon n’aurait pas pu trouver un meilleur partenaire pour lancer une nouvelle marque média dans le créneau des finances personnelles : PARLONS BACON

Rejoindre un public plus large et plus diversifié

Avec la concurrence des téléphones intelligents, le journal Métro s’est récemment positionné autour des nouvelles locales et ne publie pas de textes issus du réseau Métro International ou encore des agences de presse. C’est tout à fait logique, puisque ses lecteurs peuvent lire ce type de nouvelles sur Internet, où il existe des milliers de sites Web offrant ces contenus. 

Par contre, quand vient le temps de s’informer sur les finances personnelles, le contenu disponible au Québec est limité. Bien entendu, on publie près de 20 articles de finances personnelles par semaine sur le blogue de Hardbacon, mais même avec 150 000 utilisateurs uniques mensuels, Hardbacon n’a pas la portée d’un média historique comme le journal Métro. 

En lançant PARLONS BACON avec le journal Métro, nous pourrons rejoindre une audience beaucoup plus large, et plus diversifiée, puisque le journal Métro a toujours été très lu au sein des communautés culturelles et des jeunes. Qui plus est, ce partenariat nous permet de collaborer avec l’équipe talentueuse de Métro Média, qui est notamment composée de designers, de journalistes et de spécialistes des médias sociaux. 

 

Qu’est-ce que PARLONS BACON?

Lancée aujourd’hui, PARLONS BACON est une marqué média issue d’une collaboration entre le journal Métro et Hardbacon. Concrètement, il s’agit d’une section dédiée du site Web du journal Métro, où on retrouve à la fois des articles originellement publiés sur staging.hardbacon.ca et des articles exclusifs rédigés par l’équipe de Hardbacon. 

PARLONS BACON se décline également en format papier. La section PARLONS BACON se retrouve deux fois par mois dans le Journal Métro, et une fois par mois dans les hebdos de quartier de Montréal et de Québec du groupe. 

En tout, Métro Média rejoint pas moins de 2,2 millions de Québécois par semaine, et PARLONS BACON pourra, grâce à ce partenariat, aider beaucoup plus de Québécois à prendre de meilleures décisions financières qu’on aurait pu le faire sans ce partenariat chez Hardbacon. Qu’attendez-vous? Je sais qu’on est tous en télétravail, mais je vous invite à aller prendre une marche santé aujourd’hui et à prendre une copie gratuite du journal Métro dans une station de métro ou un autre point de distribution! Ou, si vous préférez rester chez vous, vous pouvez bien entendu consulter PARLONS BACON sur le site Web du Journal Métro!